9

Cet accouchement de mes rêves

Salut ma poule,

tu peux pas savoir comme ce deuxième accouchement a été différent du premier. C’est pas compliqué c’est le jour et la nuit.

Pourtant je le sentais moyen vu que le premier s’est plutôt mal passé, du coup j’avais une trouille bleue de revivre cette cata. J’ai même été assez mal à un moment donné parce que j’avais bien les miquettes de revivre un déclenchement (déclenchement = le démon) je t’en reparlerai plus tard ma poulette, j’ai même été voir une psy, bref.

Your_WHAT_

Bon allons y, go, go, go accouchement!

Nous sommes donc quasi à un mois de mon terme, je vais me pieuter. Vers minuit et demi je me relève pour aller au chiottes, puis je me recouche.

Là ouuuuuuuuuuups quel est ce liquide qui me coule de partout?!! (non je ne me suis pas pissée dessus grosse crado va!)

Ça ressemble fort à une perte des eaux me dis-je. Sauf que là je suis à un mois du terme, c’est quoi ce bazar?

Et là je pense joyeusement à cette sage-femme qui m’avait dit que c’était assez rare qu’une femme perde les eaux d’entrée de jeu quand l’accouchement est imminent, souvent il y a les contractions avant. Et que finalement on voit surtout ça dans les films. Bon ben mon fœtus souhaite visiblement faire comme dans les films là…

Je descend fissa voir le padre pour le prévenir. (il glandait était joyeusement sur son PC pour changer…). Bon ben là faut aller à la mater pas le choix. Je suis déçue je voulais passer le plus de temps possible en travail à la maison gniiiiiiiii.

J’appelle mes parents pour qu’ils viennent garder le Pepito. J’appelle une fois, pas de réponse. Deux fois, pas de réponse. Rhaaaaa mais qu’est ce qu’ils fabriquent? Trois fois, ouuuuuf ma mère répond la voix chargée de sommeil, ils partent. Ils étaient sensés tenir le portable allumé dans la chambre les bougres mais le facétieux foetus (essaye de dire ça 10 fois de suite très rapidement huhu) arrivant d’avance visiblement le portable était je ne sais où. Pendant ce temps les contractions apparaissent, mais elles sont très supportables. Je file prendre une douche et finir de préparer ma valise (c’est le bordel, il manque plein de truc vu que j’avais un mois devant moi j’étais large).

Au bout d’un quart d’heure les contractions deviennent TRES douloureuses, au point qu’à chaque fois je m’agenouille au sol pour gérer et je m’imagine flotter dans les nuages. Note donc que j’ai la contraction poétique.

Je fais ma malinette mais là je balise un brin parce que ça fait juste 3/4 d’heure que je contracte et c’est déjà très beaucoup plein douloureux, je me dis déjà que je veux la péri, là maintenant sur la table la cuisine, je le sens mal ce projet de naissance bordel.

Puis mes parents arrivent, on part dans la nuit noire et obscure glaciale et le brouillard. Il fait 3°C j’ai les cheveux mouillés ça caille du cul. Le padre a ordre de ralentir à chaque contraction parce que les soubresauts de la route sont une torture.

Arrivés devant la maternité, on se trompe d’entrée bien sûr tels les boulets intergalactiques que nous sommes, heureusement le brave gardien nous ouvre l’entrée principale, je l’aime, sans lui nous aurions du faire tout le tour de l’hôpital alors que je dois m’arrêter toutes les 5 minutes pour gérer la contraction en m’agenouillant.

Nous sonnons ENFIN à l’interphone de la mater: « Oui c’est pourquoi? » répond une voix…. « euuh ben c’est le livreur de plats chinois » ai-je envie de répondre. On est à la maternité ou bien? « C’EST POUR UN ACCOUCHEMENT! »

Une sage-femme débarque et dès que je l’ai vue elle m’a plu, un bon feeling quoi. (je l’appellerai Viviane)

Elle nous passe en salle d’examen, m’examine, et constate que j’en suis déjà à 8!

J’en suis totalement abasourdie, depuis ma perte des eaux il s’est passé une 1h15 et je suis déjà à 8. C’est franchement motivant parce que j’ai hyper mal mais du coup le travail est bien avancé.

3769de19-8beb-4413-a3ac-a46f7740bd4b_20130603_NPPA-CBD_00024381

J’accouche bientôôôôôôt

Viviane nous passe direct en salle de naissance. Quand je rentre dans la salle je vois qu’il y a une table d’accouchement point barre. Sauf que je sais qu’il y a une salle avec un tabouret d’accouchement. Je demande à la sage-femme si la salle au tabouret est libre. Yes! Elle est libre!

On change de pièce, dans cette salle « nature » y’a un tabouret d’accouchement, un lit classique avec les étriers (beeeeeerk) et un lit-canapé pour accoucher également ou gérer le travail, aux murs une grande fresque représentant un paysage exotique c’est mieux que le mur gris quand même.

Je demande: « Je pourrais accoucher sur le tabouret? » « Oui si vous voulez! »

Moi (le cœur rempli de reconnaissance, kir sur toi pour toujours petite sage-femme): « C’est vrai vous voulez bien?!! » « Ben oui! »

Et ouais car sache que certaines sage-femme refusent tout bonnement que tu choisisses ta position d’accouchement (ce qui est parfaitement honteux d’ailleurs, savais-tu que la position allongée sur le dos décuple la douleur?).

Je te montre le bazar:

Donc tu vois une sorte de tabouret en forme de U, avec un grand « tissu » devant pour se tenir et derrière une chaise pour que le papa puisse s’installer et soutenir la mère, faire des massages etc…

Du coup devant le bousin j’hésite entre le tabouret et le lit-canapé, la sage femme me dit « Faut que vous choisissiez tout de suite entre les deux parce qu’une fois dessus vous n’aurez plus envie de bouger » (elle avait bien raison)

Je choisis le tabouret. Et c’est là que je vais pondre mon Globule.

La suite bientôt…!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
9

Cet accouchement PAS de mes rêves

Il n’est pas rare sur les blogs de mamans que les blogueuses racontent leur accouchement.
Le mien ça fait un bout de temps que j’ai envie de le raconter (le Pepito a bientôt un an quand même), mais en même temps non.
Il ne s’est pas passé comme j’aurais voulu et ça me reste encore au travers de la gorge.

Je sais qu’au final moi et le Pepito « étions en bonne santé » comme on dit , et que c’est le plus important mais bon il a tout de même un goût amer.

Je t’avais parlé de mon projet de naissance (ici), il a été bien foiré c’est moi qui te le dis. Alors finalement today je vais te raconter mon accouchement, peut-être que ça va m’aider à faire passer la pilule ce récit.

Allez let’s go !

Tout commence au 8ème mois de grossesse, j’ai RDV avec l’anesthésiste, j’avais fait au préalable un bilan sanguin et là, problème : mes plaquettes sont basses, à la limite de la normale.
L’anesthésiste me dit « si ça continue comme ça vous ne pourrez pas avoir la péridurale » car c’est une contre-indication à la péri.
Je m’en fiche la péridurale, j’en veux pas, je suis même presque contente car je me dis que si je ne peux pas l’avoir je ne risque pas de la réclamer dans un moment critique.

Le type me dit que je peux prendre des corticoïdes, que parfois ça fait remonter les plaquettes.
Je suis pas très chaude à cette idée, les médocs pour le bébé bof bof. Il me dit « Bon on refait une prise de sang dans 8 jours on verra bien ».

Quelques jours plus tard j’ai mon dernier RDV avec une sage-femme de l’hôpital.
Elle voit mes fameux résultats moisis et me dit qu’il faut que je refasse des analyses tout de suite car mes résultats laissent suspecter une pré-éclampsie, ce qui est tout de même assez grave (si tu sais pas ce que c’est, wiki est ton ami). Je passe donc au labo puis je rentre chez moi.

Dans l’après-midi la sage-femme m’appelle en catastrophe « Oh là là il faut que vous veniez à l’hôpital tout de suite, vos résultats d’analyses ne sont pas bons du tout, il faut qu’on vous hospitalise tout de suite, prenez votre valise avec vous !!!!! »

PAYE TA GROSSE FLIPPE

Heureusement j’étais pas toute seule à la maison ce jour là, mes beaux-parents étaient là pour boire un café, leur présence m’a permis de ne pas m’effondrer, parce que bonjour le stress. Le beau-père a descendu ma valise de maternité qui pesait le poids d’un âne mort huhu, le padre est arrivé entre deux et zou on a filé à l’hosto.

Là-bas j’ai eu monitoring, prise de tension, prise de sang et comme tout était normal ils m’ont laissé partir, tout en me donnant un superbe bocal pour un recueil d’urine sur 24 heures.

pot24heuresglam!

Ouais ouais t’as bien lu, j’ai du pisser dans ce bocal maudit pendant 24 heures et ramener le bocal rempli à l’hôpital, t’es jalouse hein ?
Toi aussi t’aurais voulu pisser debout dans une période d’intense grossessitude ?
Toi aussi t’aurais voulu avoir la goutte de sueur qui perle à l’idée que le bocal se renverse et se répande dans ta bagnole ?!!
Avoue !

Ma coupine Kisbuel elle a connu ça aussi, elle en parle bien ici.

Donc j’ai fait mon devoir sur bocal pendant 24 heures et j’ai apporté the fucking bocal à l’hosto .

Quelques heures après mon « dépôt » au labo, une sage-femme de l’hosto m’appelle en me disant : « Oh là là il faut que vous veniez à l’hôpital tout de suite, vos résultats d’analyses ne sont pas bons du tout, il faut qu’on vous hospitalise tout de suite, prenez votre valise avec vous !!!!! »

TIENS, TIENS j’ai comme une impression de déjà vu. Limite blasée cette fois je me rend toute seule à l’hosto.

Cette fois le gynéco que je vois me dit « Bon cette fois on vous garde, vos résultats sont trop mauvais on va vous déclencher ! »
GLOUPS et même BIG GLOUPS.

Le mec a vu mon projet de naissance, il me dit « Je sais que vous ne voulez pas d’un accouchement médicalisé, on va faire au mieux, cependant vous savez un déclenchement c’est beaucoup plus douloureux qu’un accouchement normal, vous tiendrez difficilement sans péridurale »

Je ne le savais pas encore mais cette phrase je vais l’entendre plusieurs fois pendant mon séjour.

La suite bientôt ^^
Rendez-vous sur Hellocoton !