La délicate question du sommeil

Tu sais ma poule j’adore pioncer, mais alors j’adore ENORMEMENT ça. Pour que je sente reposée il me faut bien 9 heures de sommeil par nuit.

Naguère, jadis, autrefois (t’as bien pigé que c’est du passé?!) je pouvais faire le tour du cadran en pionçant, mon dieu que c’était bon…

Puis je suis tombée enceinte.

Ce fut le début de la fin.

A 4-5 mois de grossesse j’ai commencé à faire des insomnies, je m’endormais sans problème puis je me réveillais au bout d’une heure et là impossible de me rendormir. Je finissais quand même par y arriver mais je tournais un sacré bout de temps dans mon lit.

Puis j’ai eu le syndrome des jambes sans repos, une horreur ce truc, j’avais une envie irrépressible de bouger mes bras ET mes jambes dans tous les sens.

J’te jure j’ai cru devenir folle, tu m’aurais vu en train d’agiter mes bras et mes jambes dans le vide comme une andouille. Je pouvais pas m’en empêcher c’est comme s’il y avait du courant dans mes membres.

Je remuais tellement la nuit que j’ai déménagé de mon lit pour aller dormir dans le canapé afin de ne pas réveiller le Padre.

Le syndrome des jambes sans repos a fini par passer tout seul, mais les insomnies étaient toujours là, je dormais pas plus de 4-5 heures par nuit.

Donc la nuit j’ai lu, j’ai regardé la télé, j’ai surfé sur le net (you tube was my friend) et puis… ben j’ai bien chialé ma race tellement j’étais épuisée, j’étais uber naze mais impossible de m’endormir et puis putain la perspective de me taper une journée de boulot avec la tête dans le cul … c’était affreux.

nazeMoi au boulot

En plus pour bien enfoncer le clou j’arrivais finalement à m’endormir sur le matin vers 6 h, tu sais, pas longtemps avant que le réveil ne sonne.

J’ai fait de l’acupuncture avec une sage-femme spécialisée dans le piquage de cul, j’ai essayé l’homéopathie rien à faire, nuits toutes plus pourries les unes que les autres. Heureusement au bout d’un moment ma sage-femme d’amour m’a arrêtée, puis mon généraliste m’a filé le congé patho… Dieu vous bénisse mes potos.

Finalement un mois environ avant mon accouchement, je suis allée chez mon homéopathe acuponcteur pour qu’il me file un traitement pour préparer mon corps à l’accouchement, je lui parle vite fait de mes problèmes de sommeil en pensant qu’il ne pourra rien y faire vu que l’acupuncture et l’homéo avec la sage-femme n’avait rien donné.

Il me pique quand même pour ça et me file un traitement pour l’accouchement à venir ET pour le sommeil.

Et là MIRACLE je me remets à dormir telle la loque que j’ai toujours été, bon je me lève 15 fois par nuit pour aller pisser comme toute femme encloquée qui se respecte, mais à part ça je dors.

Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa  > cri de soulagement.

Toi aussi homéopathe-acupuncteur, Dieu te bénisse, kir et nutella en abondance pour toi et ta descendance.

Par contre je ne suis jamais retournée dans mon lit de tout le reste de ma grossesse, va savoir pourquoi, le canapé y’a que ça de vrai.

J’ai donc eu un mois de sursis avant l’accouchement.

Puis le Pepito est arrivé…

J’te raconte la suite bientôt.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

9 réflexions sur “La délicate question du sommeil

  1. Raaaaah on dirait trop moi !! Sauf que je n’ai jamais trouvé de remède miracle et que ça ne s’est pas arrangé avec le temps (et c’est pas la faute de babychou qui pionce tranquilou). Pour te dire, on vient même de payer un bras un nouveau canap pour que je puisse dormir un peu confortablement dessus si besoin..
    Franchement, ça craint trop du boudin !

    • Mince! Dès que je suis rentrée de la mater j’ai rompu avec mon canap’, mais maintenant c’est le Pepito qui m’empêche de dormir…
      T’as essayé quoi comme méthode pour dormir?
      Je te propose la chaîne parlementaire doublé avec une bonne murge!

      • Mouahahah. Hélas pas de soluce. Un gros somnifère de temps en temps après plusieurs nuits pourries et des siestes dès que possible pour rattraper (surtout le weekend). Bref, chuis bonne à rien.

      • Je ne peux que te conseiller le piquage de cul par un acupuncteur, mais bon ça ne marche pas sur tout le monde, à voir.
        Dommage qu’au boulot on ne puisse pas pioncer tranquillou en toute impunité…

  2. Moi aussi j’ai eu des « impatiences » comme ma Mamie les appelle, c’était l’horreur! Mais à l’inverse de toi, je dormais déjà pas beaucoup avant la grossesse… Pis là plus du tout… J’essaye l’homéopathie en ce moment pour la choucroute ET pour moi: je te dirai si ça marche!

  3. Le syndrome des jambes sans repos!! J’avais complètement oublié ça, mais ton article vient de faire ressurgir en moi, ce mauvais souvenir! C’est arrivé sur les 2 derniers mois de grossesse chez moi, et je n’avais pas de remède miracle. Je subissait et l’homme ne comprenait pas comment c’était possible. Mouahaha!
    L’acuponcture ne m’a jamais trop attirée… La peur des aiguilles sans doute!

    • C’est clair qu’avec les jambes sans repos on a l’impression de devenir dingue… J’ai la hantise que ça recommence pour une éventuelle prochaine grossesse.
      Les aiguilles ça fait un peu mal parfois, la SF spécialisée dans l’acupuncture elle elle me faisait carrément un mal de chien mais je suis pas certaine qu’elle était très douée ^^

  4. Pingback: La délicate question du sommeil (partie 2) | Mama Loca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s